Méditation pour réduire la peur

 

La peur peut se manifester de plusieurs manières chez l’être humain : palpitations, tremblements, perturbations de la respiration…

Il s’agit d’une émotion généralement ressentie, lorsque nous sommes en présence ou lorsque nous allons l’être, de ce qui représente pour nous, une menace ou un danger. Elle prépare l’être vivant à se défendre ou à prendre la poudre d’escampette.

La peur est créée par une ribambelle d’émotions, dont la joie, la tristesse et la colère. Elle peut même vite devenir incontrôlable dans certaines situations.

Dans cet article, nous allons aborder les deux sortes de peurs que nous pouvons ressentir et l’impact que peut avoir la méditation sur celles-ci.

Je vous proposerai également une petite méditation pour réduire la peur, toute simple à réaliser et surtout très efficace. 😉

 

Les deux sortes de peurs

 

Elles m’ont été enseignées par le très Vénérable Mogchok Rinpoché, lama tibétain, formé aux écoles Shangpa Kagyu et Gelugpa du bouddhisme tibétain, se réclamant du mouvement bouddhiste, non sectaire, Rimé.

Je vais essayer de vous retranscrire, pour le mieux, ses propos à ce sujet :

 

LES PEURS INJUSTIFIEES

Cela concerne les peurs dont l’esprit prend pour réel, des illusions. Et il y en a beaucoup.

 L’esprit a cette forte tendance a créé des mirages, ce qui va avoir pour conséquence, des peurs dites « illusoires ».

Parmi celles-ci, nous pouvons citer : la peur d’avoir une maladie alors que nous sommes en pleine santé ou la peur que nos amis soient contre nous…

Il faut alors analyser la situation et vérifier les faits de manière objective.

Il faut se dire aussi, qu’il existe des solutions à ce genre de problèmes,  s’ils s’avèrent réels.

Bref, cela signifie qu’avec ce genre de peur,  nous nous faisons des idées sans que celles-ci soient fondées sur quoi que ce soit.

De ce fait, ces « idées imaginaires » sont comme des mirages.  On se torture soi-même, en se générant des angoisses et des souffrances inutiles.

 

LES PEURS JUSTIFIEES, A L’APPROCHE D’UN VERITABLE DANGER

 

Cette sorte de peur inclus, par exemple, la peur d’avaler des aliments dangereux ou la peur d’être dans l’illégalité, en payant alors une amende…

Celles-ci sont des peurs, dites : « Salutaires », car elles nous évitent  véritablement les ennuis et nous protègent. Elles nous empêchent de commettre des actes négatifs.

Là aussi, cela implique de se poser la bonne question : cette peur, est-elle salutaire ou non ?

Alors, nous allons tout faire pour générer des causes, pouvant engendrer des conséquences positives,  à l’inverse de ce que nous aurions imaginé.

Notons que chez les animaux, la peur est quasi-permanente chez certains : infondées, illusoires mais aussi salutaires, car elle les pousse à se mettre à l’abri des prédateurs, leur évitant ainsi, une mort certaine.

 

Où est ce « JE » qui panique ?

Dans le bouddhisme tibétain, les maîtres nous incitent à nous interroger sur l’existence d’un « JE » lorsque nous disons : « J’ai peur ».

Souvent, il nous ait même proposé une méditation analytique rapide, sur ce qu’il se passe en nous :

« Où se trouve ce « JE » ? », « Ce « JE » est-il moi ? », « Ce « JE » se cache-t-il dans une des parties de mon corps ? », etc.

Du moment où nous n’arrivons pas à situer ce fameux « JE », nous pouvons alors réussir à faire diminuer la peur qui est en nous. Cela, en prenant conscience que cette peur n’est pas une émotion « solide ».

 

La peur des catastrophes naturelles

Les moines tibétains évoquent souvent, le fait que la mauvaise gestion de notre environnement provoque de nombreuses peurs chez les individus.

Ils nous préconisent donc d’agir pour contrecarrer cette peur et de tout faire en sorte pour protéger notre planète.

 

L’impact de la méditation sur la peur

Comme nous l’avons abordé dans mes précédents articles, la méditation permet de reprendre le contrôle de nos pensées qui ont un impact direct sur nos émotions, nos sentiments et sur nos propres actes.

Car, bien souvent, la peur, lorsqu’elle est trop intense, va comme nous paralyser et nous empêcher d’agir comme nous l’aimerions.

En reprenant le contrôle de nos pensées, de notre esprit, nous gagnons en liberté d’action et de décision.

A travers la méditation nous prenons conscience que la peur est une émotion comme une autre.

Et même s’il est difficile de l’éradiquer complètement, nous pouvons la réduire, la canaliser, en ressentant l’énergie qu’elle dégage en nous, sans jugement et sans crispation.

Cela commence, en grande partie, par la reprise du contrôle de notre respiration.

C’est justement ce que nous allons voir ci-dessous.

 

Petite méditation pour réduire ses peurs

 

Je vous propose une petite méditation qui a fait ses preuves et qui réduit la peur.

Il s’agit de la technique de Robert Piper.

Pratiquez la respiration abdominale :

« 1- Placez votre attention dans votre abdomen

2- Placez vos deux mains sur votre abdomen

3- A  l’inspiration, laissez tout votre corps s’ouvrir

4- A l’expiration, refermez tout votre corps, laissez-le se replier sur lui-même.

5- Respirez toujours par le nez

6- Faites de chaque mouvement respiratoire un massage des organes internes

7- Vous pouvez avoir l’impression que votre ventre se remplit d’eau. »

En pratiquant régulièrement cette méditation, vous apprendrez à sentir l’énergie circuler en vous, à reconnaître celle de la peur pour mieux la canaliser.

 Cette courte méditation a aussi pour effet de stimuler le centre d’énergie de l’estomac.

C’est un travail long et la patience s’impose.

Nous sommes tous capables de réduire nos peurs, mais n’hésitons pas à nous faire aider par un spécialiste si vraiment nous n’y arrivons pas par nous-même.

 

La respiration de pleine conscience selon Thich Nhat Hahn


 

 

 

 

Le Vénérable Thich Nhat Hahn, dans l‘une de ses interviews accordée à « Méditation France« , nous confie que la respiration en pleine conscience peut calmer nos peurs les plus profondes:

 

« Avec la pratique de l’inspiration, de l’expiration en pleine conscience, on aura assez d’énergie de pleine conscience pour pouvoir reconnaître les émotions comme la peur, la colère, le désespoir afin de pouvoir les embrasser. »

 

 

« J’inspire, je sais que la peur est en moi. J’expire, je prends soin de ma peur maintenant avec beaucoup de douceur ».

 

Souvenez-vous que plus vous pratiquerez la méditation, plus vous obtiendrez des résultats bénéfiques tant au niveau de l’esprit qu’au niveau du corps.

Même si au début, vous ne le faites pas très bien, c’est tout à fait normal. L’importance est de persévérer.

Je vous souhaite beaucoup de sérénité à venir et j’espère que ce petit article pourra réellement vous aider à obtenir plus d’apaisement.

Bonne semaine et à très bientôt !!

 

RAPPEL : je tiens juste à préciser que toutes les pratiques de méditation que je cite sur mon blog, sont des pratiques que j’ai moi-même expérimentés et qui m’ont été bénéfiques.

Sources et bibliographie: Enseignement du Vénérable Mogchok Rinpoche sur le thème: « Se libérer de la peur, méthodes et moyens selon les enseignements du Bouddha.« , « Overcome fear with a simple breathing exercise » de Robert Piper.

 

Print Friendly, PDF & Email
close

Bienvenue sur mon blog!

Pour recevoir les nouvelles de mon blog, abonnez-vous gratuitement à ma newsletter en remplissant le formulaire ci-dessous! 😉

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Show Buttons
Hide Buttons

This function has been disabled for Détend'Art.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x