Les deux types de méditations

 

 

Je vous présente un résumé de ce que j’ai pu entendre lors de certains enseignements bouddhistes au sujet des deux types de méditations. 

 

Bien sûr, cela représente simplement ce que j’en ai retenu et ne remplace en aucun cas l’enseignement profond qui pourrait être donné par un maître spirituel.

 

 

Tout d’abord :

 

  • La méditation stabilisatrice

 
 

C’est le point de départ de toutes formes de méditation.

Celle-ci consiste à se concentrer en un seul point sur un objet quel qu’il soit.

 

 

Quelques exemples d’objet de support :

 

  • Un vase,
  • Une fleur,
  • Un visage,
  • Une image sacrée ou pas,
  • La respiration,
  • La flamme d’une bougie…
 
Utiliser la flamme d’une bougie comme tout premier objet de support de méditation est une très bonne idée!

 

Et sans nul doute l’une des pratiques que je préfère. 

 

Tantôt elle  vacille tantôt elle se stabilise. 

 

Je trouve ce petit mouvement apaisant.

 

De plus, la flamme a une forme simple, facile à se représenter en l’esprit.

 

 

Elle est beaucoup utilisée comme support de pratique au calme mental, appelée Shiné {en. sanskrit, samatha).

 

 

Entraîner l’esprit singe


 

 

Le singe est l’animal qui symbolise l’esprit chez les pratiquants tibétains.

 

 

A travers la concentration en un point, vous découvrirez à quel point l’esprit aime vagabonder.

 

 

L’esprit est alors comparable aux mouvements d’un petit singe dans la jungle : Il saute d’idées en idées et s’agrippe à la moindre pensée comme le singe à sa branche. 

 

 

D’ailleurs, Mingyur Rinpoche, un maître et moine bouddhiste parle de ce fameux « Monkey Mind » dans l’une de ces vidéos et dit:  « il faut devenir ami avec l’esprit singe ».

 

 

Non pas en lui donnant une banane, mais en lui donnant un travail comme le fait de se concentration sur votre respiration.

 

 

Le tout est de ne pas suivre les pensées parasites dont le singe aime nous alimenter mais juste de les observer et de les laisser défiler, comme les nuages défilent dans le ciel, en ramenant doucement notre attention sur l’objet initial.

Surtout :

 

  • sans crispation
  • sans jugement

 

Vous vous apercevrez, petit à petit, que vous êtes capable de domestiquer le petit singe vagabond de la forêt et de vous en faire, effectivement, un ami. 🙂

 

 

  • La méditation analytique  

 
 

Celle-ci consiste à faire une analyse mentale sur un sujet précis.

Elle fait appel à la pensée créative.

 

 

En se concentrant sur l’objet on va se poser des questions comme: « pourquoi cela existe ? », « pourquoi je souffre ? ». 

 

 

Nous allons analyser de manière profonde notre sujet de réflexion, point par point.

 

 

 Cela peut passer par différentes étapes comme, par exemple :

 

  • Identifier la pensée
 
  • Accepter la pensée comme faisant partie de soi
 
  • Déterminer la raison d’être de cette pensée
 
  • Identifier les causes profondes de la pensée
 
  • Traiter les causes
 
  • Gérer la pensée, comme par exemple: « quoi mettre à la place ? »
 
 

Souvenez-vous 

 

 

Une pensée a toujours une raison d’être.

 

 

Cependant, nous ne sommes pas entièrement responsables de son apparition car cela est le résultat de causes et de conditions. 

 

 

Mais, nous sommes responsables de ce que nous pouvons faire de cette pensée. 

 

 

Nous pouvons la remettre en question et nous en déconditionner s’il le faut.

 

 

Sans se poser de questions, il est impossible de progresser en quoi que ce soit.

 

 

  • En fin de compte…

 

La méditation stabilisatrice et analytique sont complémentaires.

Dans les deux cas, il est important :

 

  1. D’examiner notre état d’esprit.
  2. Clarifier notre motivation. 
 

Plus notre concentration est forte, plus notre compréhension sera profonde.

 

 

Si vous rencontrez des problèmes de concentration, vous pouvez:

 

  • analyser le problème
 

Puis, 

 

 

  • ramener votre attention sur l’objet de concentration

 

 

Examinez l’esprit afin d’être certain qu’il ne rêvasse pas mais qu’il est bien appliqué à ce qu’il est censé faire.

 

 

Voilà c’est fini pour cet article, j’espère que celui-ci vous a plu.

 

 

Maintenant c’est à nous ! 😉 

 

 

Pourquoi pas essayer, dès cette semaine, une courte session de méditation stabilisatrice, de 5 à 10 minutes ?

 

 

Ensuite, je serai ravie que vous me partagiez vos premières impressions par un petit commentaire! 🙂

 

 

Vous pouvez aussi visionner la vidéo dans laquelle le moins bouddhiste, Mingyour Rinpoché parle du « Monkey mind »:

 

 

Vidéo ici

 

 

 

Au plaisir de vous lire.

 

 

 

A très bientôt! 🙂

 

 

Source et bibliographie:  « Comment méditer » de Kathleen McDonald; Image mise en avant: Aquarelle des oiseaux de Marianne Molinier.

 

Print Friendly, PDF & Email
close

Bienvenue sur mon blog!

Pour recevoir les nouvelles de mon blog, abonnez-vous gratuitement à ma newsletter en remplissant le formulaire ci-dessous! 😉

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Show Buttons
Hide Buttons

This function has been disabled for Détend'Art.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x