Le dessin méditatif

Quand l’art rencontre la pleine conscience

 

Cela va faire un petit moment déjà que je songe à écrire un petit article sur ce thème reliant à la fois la pratique de la pleine conscience à l’art plastique.

Comme vous le savez, la méditation et la peinture sont mes deux plus grandes  passions.

Depuis longtemps – et c’est aussi une des raisons pour laquelle j’ai créé ce blog – je crois à l’influence bénéfique que ces deux pratiques peuvent avoir l’une sur l’autre.

Je dirai même que lorsque l’art et la pleine conscience se rencontrent, cela peut renforcer leur puissance individuelle.

Cela est le cas dans le cadre du dessin méditatif.

 

 

Qu’est-ce que le dessin méditatif ?

 

 

J’ai découvert cette pratique, il n’y a pas longtemps (et je suis encore en plein apprentissage !) et je suis ravie de vous la faire découvrir à mon tour :

D’après mes recherches, le dessin méditatif peut être appréhendé de différentes manières.

Deux d’entre elles ressortent le plus souvent :

 

  • Le dessin méditatif permettant l’émergence de l’inconscient ou du préconscient à partir d’un thème particulier.

 

  • Le dessin méditatif permettant à l’esprit de se détendre, d’atteindre le calme mental, de développer sa concentration et son attention.

 

Nous allons aujourd’hui choisir la deuxième option, celle-ci faisant plus écho à mon expérience.

Et, bonne nouvelle, le dessin méditatif n’est pas réservé uniquement à ceux qui ont déjà pris des cours de dessin.

Cette pratique est accessible à tous.

Débutants comme non-débutants dans les arts plastiques !

Mais vous verrez vite que vous aussi, avez des talents cachés. 😉

 

 

Les bénéfices du dessin méditatif

 

Ça y est, cela n’est plus une fiction et a été prouvé : la production artistique entraîne une diminution du stress, et même, je cite, « une élévation de l’humeur ». (rapport à lire dans son intégralité ici)

La pleine conscience a vraiment ce pouvoir spectaculaire de faire diminuer l’anxiété.

Le dessin méditatif, combinant le travail de la pleine conscience au travail artistique, pourrait alors, en plus d’apaiser notre anxiété, améliorer notre concentration et notre attention.

Mais aussi, il pourrait jouer un rôle positif dans la gestion de nos émotions négatives.

Certains, même, vont jusqu’à dire que cette pratique peut nous rendre plus gentil. A voir… 😀 ^^

 

 

L’attention et la conscience, deux vecteurs de la détente

 

 

D’après John Yates Ph.D., neuroscientifique et méditant bouddhiste :

 

« La pleine conscience est la relation optimale entre l’attention et la conscience ».

 

Ce qui signifie que notre conscience observe en profondeur ce qu’il se passe à l’extérieur comme à l’intérieur de notre esprit, mais aussi qu’elle se focalise sur l’essentiel.

De cette façon, notre attention va se concentrer uniquement sur ce qui est le plus important dans l’instant.  

Lorsque l’attention et la conscience s’équilibrent, notre esprit devient alors plus stable et détendu.

Cela n’est pas sans rappeler les conseils précieux du Vénérable Thich Nhat Hahn en ce qui concerne l’expérience de la pleine conscience.

 

«En inspirant, je calme le corps et l’esprit. En expirant, je souris. Demeurez dans le moment présent, je sais que c’est le seul moment. »

Thich Nhat Hahn

 

 

De quoi avons-nous besoin pour la réalisation d’un dessin méditatif ?

 

De pas grand-chose.

Pour réaliser un dessin méditatif, nous avons besoin :

  • D’un stylo,
  • D’un papier ou d’un cahier réservé à cette pratique,
  • De notre respiration.

Tout en se rappelant que ce n’est pas le rendu final qui compte, mais plutôt le processus de création.

 

 

 

Les bases du dessin méditatif

1- Dessiner son souffle

Expiration-Pause-Inspiration

Dans cet exercice, l’attention est portée sur la respiration.

Il ne s’agit pas ici de contrôler sa respiration. Comme pour toutes les méditations, rien n’est forcé. Les mouvements doivent être ni réfléchis ni calculés.

Agissez spontanément.

  • Positionner votre stylo tout à gauche de votre feuille.
  • Déplacer votre stylo de haut en bas de façon à former des vagues.
  • Durant tout le traçage, concentrez toute votre attention sur votre respiration.
  • A l’inspiration, le mouvement de votre stylo va vers le haut.
  • A l’expiration, laissez votre main redescendre.
  • Le creux de la vague laisse place à une petite pause avant de reprendre votre inspiration.
  • Prenez conscience de l’encre qui se dépose sur le papier, des sensations que cela procurent dans votre main ainsi que de sa position.
  • Ne contrôlez pas votre respiration en fonction du dessin. Laissez votre inspiration ainsi que votre souffle être les conducteurs de votre création.
  • Votre dessin reflète tantôt la lenteur de votre respiration, tantôt sa vitesse et sa profondeur.
  • Il est alors normal que les vagues ne se ressemblent pas.
  • Gardez votre main et votre avant-bras hors du papier.
  • Détendez-vous !
  • N’essayez pas de faire quelque chose de beau. N’oubliez pas que ce qui est important est la procédure. Il se peut que votre main tremble un peu. Cela n’est pas grave, au contraire ! Cela peut même donner de jolis effets spontanés, reflétant votre personnalité.

 

Au fur et à mesure, la concentration établie sur la base de votre respiration et la prise de conscience de sa représentation sur le papier, dissiperont les pensées responsables de votre anxiété.

 

2- Dessinez des cercles, connectés à votre respiration

Cercle à l’encre de Chine

 

Une autre méthode de dessins méditatifs consiste à créer des cercles tout en vous connectant à votre respiration.

La méthode est aussi très simple et très apaisante. Cette méthode est proposée par Silvia Bastos, auteur du blog : journalsmarter :

 

  • « Commencez le cercle au début de l’inspiration, atteignez la moitié en même temps que vous passez à l’expiration et terminez le cercle à la fin de l’expiration. »

 

Cette technique a la capacité d’élargir votre pleine conscience par le souffle.

Une fois que vous avez fermé le cercle, prenez conscience des différentes sensations que provoque votre respiration dans votre corps.

 

 

Le Mandala, utilisé pour la méditation

 

 

Mandala tibétain

 

La méthode n’est qu’un moyen, et non la méditation elle-même. C’est en utilisant la méthode avec habileté que vous parviendrez à la perfection de cet état de pur présence totale qu’est la méditation authentique”. 

Sogyal Rinpoché – Le livre tibétain de la vie et de la mort.

 

 

Le Mandala (मण्डल) est un terme sanskrit, en tibétain : དཀྱིལ་འཁོར, dkyil ‘khor, signifiant cercle, sphère, environnement, communauté.

Il symbolise la Totalité de l’Univers et de chaque Être vivant.

Dans le bouddhisme, le Mandala est surtout utilisé pour la méditation.

Les motifs représentent des symboles énergétiques se rapportant à l’harmonie et à l’équilibre.

Il existe différentes formes de mandala, notamment dans le bouddhisme Vajrayāna.

La structure est complexe, peinte ou sculptée en ronde-bosse, mais aussi en diagramme fait de sable coloré, issu des roches de l’Himalaya.

Le dessin final représenté est rempli de symboles. Il est bien souvent associé à une déité : Bouddha de la médecine, Tara Verte ou Tara Blanche, Bouddha de la compassion « Tchenrezi »…Et à son Univers.

Ils sont extrêmement élaborés et codifiés, d’une très grande finesse, semblables au travail d’un orfèvre.

 

 

Ils sont absolument fabuleux et plein de mystère.

Ajoutons qu’ils sont créés uniquement par des moines ayant reçu les initiations.

En ayant vu plusieurs fois de mes propres petits yeux, je peux dire qu’ils demandent beaucoup de maîtrise et de patience.

Lorsque celui-ci est terminé, le mandala est déposé sur le parvis, à l’extérieur du temple. Il y a une cérémonie et le mandala est petit à petit balayé par le vent, nous apprenant ainsi, l’impermanence de toutes choses.

Cet acte nous donne également une leçon sur le « détachement », car, souvent, la réalisation d’un mandala de sable prend plusieurs heures, voir des jours et  on serait alors tenté de nous y attacher…

 

Dessiner un mandala personnel

 

 

 

 

 

Dessiner un mandala est une pratique méditative à part entière.

C’est une pratique qui nous aide, notamment à :

  • Vivre l’instant présent
  • Etre à l’écoute de soi-même
  • Nous aligner et nous ancrer
  • Libérer nos forces d’auto guérisons.
  • Développer la pleine conscience, bien sûr ! 🙂 

 

En pratique

 

  • Commencer par le centre, en dessinant un petit cercle ou deux.

 

  • A vous de choisir de quel côté vous voulez commencer puis étendez vos petits motifs de l’intérieur, vers l’extérieur du petit cercle.

 

  • Vous pouvez dessiner à main levée, même si la symétrie n’est pas parfaite. Le processus prend le pas sur le résultat. 😉

 

  • Le but est de laisser libre cours à votre imagination et vos envies. Amusez-vous et détendez-vous.

 

  • Vous pouvez créer un petit motif répété tout autour du cercle central, puis en effacer un, pour en créer un de nouveau.

 

  • Gardez votre attention sur le bout du stylo est le trait que vous êtes en train de tracer.

 

  • Remplissez votre cercle de motifs divers et variés : des lignes, des entrelacs, des formes compliquées comme des formes toutes simples, des formes ayant une symbolique pour vous…

 

  • Vos choix doivent être guidés par votre intuition et un conseil, ne réfléchissez pas trop. Mettez en mode « repos », votre mental. Vous pouvez ainsi créer, de manière originale, vos propres motifs répétitifs.

 

  • Il n’y a pas de limite dans le choix des symboles : animaux, fleurs, triangles, gouttes d’eau, feuilles…

 

 

 

 

 

  • Choisissez de le colorer ou pas. Selon les couleurs que vous allez choisir, elles vont sûrement avoir une définition symbolique relative à vos émotions. Celles-ci peuvent refléter vos peurs, votre colère, votre joie, votre sérénité…

 

Contemplation du mandala

 

 

 

 

 

Une fois fini, contemplez votre mandala.

Ainsi, il favorise :

  • L’ancrage,
  • La concentration,
  • L’harmonie,
  • L’alignement.

 

  • Placez-le devant vous et installez-vous en position de méditation.
  • Effectuez quelques respirations profondes. Vous pouvez fermer les yeux si vous en ressentez le besoin.
  • Observez ensuite votre mandala dans sa globalité.
  • Puis, dans le sens d’une aiguille d’une montre, portez votre attention sur chaque partie de sa composition.
  • Imprégnez-vous de chaque forme et motif.
  • Peu à peu, parcourez le mandala jusqu’à son centre.
  • Concentrez-vous, sur le centre du mandala. C’est le centre « énergétique » du mandala.
  • Maintenez votre attention autant de temps que vous le souhaitez sur celui-ci.
  • Respirez profondément, les yeux mi-clos.

 

Vous pouvez faire cette pratique avec vos enfants. Ils vont beaucoup aimer !! 🙂

 

 

Le dessin méditatif, une belle expérience

 

Vous pouvez commencer par de petits dessins, en apprenant les bases. Puis, essayez des formes un peu plus complexes, au fur et à mesure.

Avant toutes choses, prenez plaisir à ce que vous créez.

Oubliez le temps. Plongez-vous totalement dans le « petit univers » que vous allez dessiner.

Plus vous « lâchez prise » sur ce qu’il y a autour, plus votre dessin a des chances d’être beau, a des pouvoirs relaxants,mais surtout, a des chances de vous relier à ce que vous êtes au plus profond de vous-même.

J’espère que ce petit article vous aura plus.

A très bientôt pour toujours plus d’art et de méditation !

 

 

Print Friendly, PDF & Email
close

Bienvenue sur mon blog!

Pour recevoir les nouvelles de mon blog, abonnez-vous gratuitement à ma newsletter en remplissant le formulaire ci-dessous! 😉

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Show Buttons
Hide Buttons

This function has been disabled for Détend'Art.

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x